UN PROJET CHRETIEN POUR LA NAVARRE

Posté le 26 novembre 2012 par goranafarroa dans Non classé

Qu’est-ce que la Navarre? S’intéresser à ce vieil Etat que beaucoup assimilent sans trop le situer à l’ancien royaume d’Henri IV de France et dont seuls les historiens et les personnes intéressés savent qu’il fut amputé de la majeure partie de son territoire par la nouvelle monarchie ibérique au début du XVIème après avoir, au milieu du Moyen-Age, servi de pivot à la Reconquista dans le Nord de la péninsule, la bataille de Las Navas de Tolosa se trouvant à l’origine de ses armes, peut sembler aujourd’hui désuet si ce n’est pour certains autonomistes basques soucieux d’étendre leur combat aux régions plus « conservatrices » de l’intérieur du Pays Basque.

             Et pourtant! Confrontée à une grave crise officiellement liée à l’éclatement de sa « bulle immobilière » mais plus profondément par une déchristianisation accentuée ayant entraîné un consumérisme malsain dans une péninsule au climat trop rude et arride-si ce n’est la bande océanique allant de l’extrême Nord-Ouest de la Navarre, nous y reviendrons à la Galice en passant par la région ô combien symbolique des Asturies- pour le permettre et, peut-être aussi profondément par la perte du sens chrétien de l’hispanité lié à l’indépendance des colonies d’Amérique Latine ou, plutôt à la déconnexion entre l’hispanité et l’Espagne, l’Etat des « Rois très catholiques » semble cette fois, loin d’avoir profité de l’Union européenne, au bord de l’éclatement économique et politique. C’est un fait, ou un ensemble de faits qui ne me semblent pas opportun de nier.

          Parallèlement, bien que profitant pour l’instant officiellement d’un cadre de vie souvent plus attractif et officieusement d’un investissement étranger-notamment qatari, nocif pour sa souveraineté et à la seule finalité de maintenir à échéance électorale un mode de financement achetant artificiellement la « paix sociale » et le maintien d’un mode de vie consumériste pour une partie de nos concitoyens, la  France n’en subit pas moins les interrogations graves liées aux perspectives induites par ses deux dégradations successives-Standard and Poor »s et  Moody’s- ainsi qu’aux enjeux identitaires liées à un aménagement du territoire excessivement centralisé et polarisé sur les populations déracinées à forts revenus qui, en Labourd notamment, influent maintenant sur des politiques publiques discutables-je pense au L.G.V. notamment- nous y reviendrons et à l’assistanat massif de populations déracinées mais appauvries quant à elles, et rendues inutiles de toutes les façons par la désindustrialisation ainsi que par la « désagricolisation » du pays. Il faut dire que le modèle d’Etat-Providence, basé sur le « solitaire solidaire », a accentué les effets pervers du jacobinisme tandis que l’ouverture excessive des frontières, avec la mise en application d’une idéologie perverse alliant libre-échangisme et overkeynésianisme-comme on le voit dans la lutte objective que livre le lobby céréalier des Pyrénées-Atlantiques aux éleveurs -ovins de terroir- a largement déconnecté les populations de ce que Maurras appelait les « solidarités naturelles » et qui constitue le meilleur remède à une crise dont, en France, nous sommes loin d’avoir vu tous les effets. En fait, le principe de subsidiarité que je prône et que l’Eglise a théorisé dans « Quadragesimo Anno » exigerait la devise suivante que je fais mienne « une France des nations dans une Europe des régions ». Je ne renie rien sur ce point d’autant plus que c’est ce qu’ont toujours défendue les carlistes basques, défenseurs des « fueros » comme leurs cousins chouans, à l’instar du plus illustre que fût le Guipuzcoan Tomas de Zucarralamegui.

Ce que je propose ici apparaître je l’espère comme une tentative de conciliation de tradition et de modernité.

Modernité parce que, je l’ai dit, la crise de l’euro n’a pas fini d’abattre toutes ses cartes au détriment  des Etats (plus que des nations car je dissocie les deux) de l’Union européenne et que l’on s’aperçoit finalement que certains petits Etats fortement enracinés s’en tirent très bien. Du reste, l’implication des autonomistes biscayens et  guipuzcoans ayant fait des émules dans la vallée du Baztan et de la Bidassoa rapprochant maintenant l’ancienne Navarre franquiste de ses soeurs -  »Zazpiak bat comme on dit lorsque l’on synthétise les blasons du Pays Basque »- d’un Euskadi à l’économie enracinée en même temps que prospère tandis que le Labourd « français » bénéficie- avec des effets pervers qui vont s’accroissant j’y reviendrais- d’un surcroît de flux financier qu’il convient d’utiliser au profit des populations enracinées et que montagnes et  vallées des confins navarro-souletains bénéficient au moins d’un potentiel naturel considérable dans l’hypothèse où les circonstances exigeraient une certaine « autarcie ».

Ce qui me conduit à la tradition car, face aux épreuves qui attendent les peuples d’Europe, il revient à ce peuple de langue non indo-européenne de montrer l’exemple de l’appui des racines comme tremplin pour l’avenir comme le disait si bien l’ancien président du conseil général de la Vendée et fondateur du Puy-du-Fou. La Navarre présentant l’avantage de la légitimité historique et d’un certain recul vis-à-vis d’un autonomisme trop revendicatif pour être constructif, elle peut et doit constituer le pivôt de cette stabilité retrouvée en tirant partie des liens constitués par la diapora basque en même temps que par la francophonie et l’hispanité car cette triple identité constitue une richesse inépuisable aussi bien à l’échelle locale qu’à l’échelle mondiale.

Le réveil de la Navarre se fera de manière constructive et respectueuse des exigences de la continuité historique.

 

 

 

Un Commentaire le “UN PROJET CHRETIEN POUR LA NAVARRE”

  1. Tubal

    Il semble que la crise rattrape Euskadi et que, du coup, les Basques espagnols de la côte commencent à perdre leurs réflexes identitaires, allant chercher du travail en Allemagne ou en Angleterre (plutôt qu’en Amérique du Sud!!), le combat basque va-t’il se déplacer vers son Etat historique?

Répondre

D'autres nouvelles

Non classé

Bonjour tout le monde !

Bienvenue dans unblog.fr. Ceci est votre premier article. Modifiez-le ou ...

Jiljadidbejaia |
Journallemilitant |
Piouzelzok2013 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Stephaneya
| FO Bricorama Batkor
| PS Hucqueliers